Fonctionnaires de l’UE : des retraites à 50 ans avec 9.000 euros par mois

juillet 04 16:00 2010 Imprimer l'article

Cette année, 340 fonctionnaires seront partis à la retraite anticipée à 50 ans avec une pension de 9.000 euros par mois. Ainsi, afin d’aider l’intégration de nouveaux fonctionnaires des récents Etats -membres de l’UE (Pologne, Malte, pays de l’Est…), les fonctionnaires des anciens pays membres (Belgique, France, Allemagne..) recevront de l’Europe un pont d’or pour partir à la retraite.

Les technocrates européens vont donc bénéficier de véritables retraites « chapeau » donc rêveront longtemps les futurs retraités Français nés après 1952 pour lesquels le Parlement se prépare à allonger la durée de cotisation en prolongeant l’âge légal de la retraite.
Giovanni Buttarelli, qui occupe le poste de « contrôleur adjoint de la protection des données », nous explique-t-on sur le web, aura acquis après seulement 1 an et 11 mois de service (en novembre 2010), une retraite de 1 515 euros par mois. Soit l’équivalent de ce que touche, en moyenne, un salarié français du secteur privé après une carrière complète de 40 ans. Son collègue, Peter Hustinx, vient de voir son contrat de cinq ans renouvelé. Après 10 années de bons et loyaux services, ce dernier aura droit à près de 9 000 euros de retraite par mois mois. Cherchez l’erreur !
Et comme il n’est guère de personnes pour leur demander des comptes, ils ont décidé d’en profiter. Si aucune instance politique de vient mettre de l’ordre dans ce grand désordre européen, à l’heure où les plans de rigueur se succèdent à grand train dans l’ensemble des pays de la communautés européenne, nos députés européens auront beaucoup de mal à nous faire croire qu’ils oeuvrent pour le bien public et pour renforcer la place de l’Europe dans le monde.

En plus de ce constant indécent, il faut encore noter que bon nombre d’autres technocrates s’installent dans le même confort :
Roger Grass, greffier, vous avez bien lu « greffier », à la Cour de justice européenne, va toucher mensuellement 12 500 euros de retraite. Soit à peine mois que Pernilla Lindh, juge au Tribunal de première instance, avec 12 900 euros par mois, ou encore Damaso Ruiz-Jarabo Colomer, avocat général, avec 14 000 euros par mois.
La liste des pensions versées à nos hauts fonctionnaires et magistrats européens est consultables sur le web. Les montants mensuels des droits acquis à la retraite à la date du mois d’octobre 2009 sont particulièrement instructifs.

En poste depuis le milieu des années 1990, ils sont ainsi assurés de valider une carrière complète et, donc, d’obtenir le maximum : 70 % du dernier salaire. Faut-il rappeler que pour les salariés sur privé, en France, le calcul se fait sur les 25 meilleurs années. Avec des carrières en dents de scie, il n’y a qu’une gagnant à cette loterie : les caisses de retraite.
Pour nos amis hauts fonctionnaires européens, il leur suffit de 15 années et
demi pour valider une carrière complète ! Cherchez ici encore l’erreur. De plus, face à la faillite organisée de nos systèmes de retraite (n’importe quel démographe savait il y a 20 ans que le laisser faire, laisser aller nous conduisait droit dans le mur, la crise économique n’a été qu’un ultime révélateur…), les technocrates de Bruxelles recommandent l’allongement des carrières : 37,5 ans, 40 ans, 41 ans (en 2012), 42 ans (en 2020), etc.
« Fais ce que je dis, mais ne dis pas ce que je fais et ce dont je bénéficie » : pour eux, pas de problème, le taux plein c’est après 15,5 ans…
A l’origine, ces retraites dorées étaient réservées aux membres de la Commission européenne. Au fil des années, elles ont également été accordées à d’autres fonctionnaires. Désormais, ils sont de plus en plus nombreux à en profiter : juges, magistrats, greffiers, contrôleurs, médiateur, etc. Avec une cerise sur leur gâteau : ils ne cotisent même pas pour leur super retraite. Tout est à la charge du contribuable…nous est-il dit !
Sauvegarde Retraites a réalisé une étude précise et très documentée qui démontre par « A+B » l’ampleur du scandale. Elle a déjà été reprise par les médias, dont l’hebdomadaire Le Point, qui nous dit que « 129 privilégiés de l’Union touchent de confortables parachutes »

Les jeunes générations appelées à financer les retraites des « heureux bénéficiaires du Baby Boom » (dixit Libération du 15 juin dernier : « au bonheur des baby boomers ») qui tirent leur marrons du feu quand ils partent en laissant la note aux « trentenaires, leurs victimes » (dixit cette fois l’Express), doivent aussi savoir que leurs parents, heureux bénéficiaires des ‘Trente Glorieuses », ont cotisé leur vie durant pour bénéficier la plupart du temps de maigres retraites, voire de retraites qui pourraient à l’avenir progressivement être réduites comme peux de chagrin. Rendez-vous cette rentrée pour mesurer le niveau de résistance des Français -jeunes et moins jeunes- face au sujet.

Jean-Jacques Cristofari

  Article tagué comme :
  Catégories :
Afficher plus d'articles

A propos de l'auteur

Jean Jacques Cristofari
Jean Jacques Cristofari

Journaliste spécialisé en économie de la santé En savoir plus ...

Afficher Plus d'Articles
rédiger un commentaire

0 commentaire

Pas de commentaires pour l'instant.

Vous pouvez être celui/celle qui démarre une conversation.

Only registered users can comment.