Covid-19 : les médecins libéraux sur tous les fronts

Covid-19 : les médecins libéraux sur tous les fronts
décembre 02 18:15 2020 Imprimer l'article

Prise en charge des patients atteints de Covid-19, prévention, tests, vaccination, les médecins libéraux sont largement engagés sur le terrain de la lutte contre la pandémie depuis le mois de mars dernier. Ils se préparent désormais à s’engager dans la future campagne vaccinale. L’Ordre des Médecins définit à cet égard sa feuille de route.

Pour Jacques Battistoni, président de MG France, il ne fait aucun doute que les médecins libéraux en général et les généralistes en particulier ont à coeur de prévenir la maladie dans les rangs de leur patientèle. Ils sont tout aussi engagés dans la prise en charge des patients les plus à risque, en particulier les personnes âgées et les malades chroniques, qui peuvent bénéficier d’une consultation spécifique, tarifée 46 euros, qui va adapter les recommandations de la Haute Autorité de Santé. Les patients présentant des symptômes de la Covid-10 pourront être testés dans les cabinets médicaux et, si le test est positif bénéficier d’une consultation de suivi. Ce « contact tracing » est facturé 30 euros supplémentaires. « Il ne faut pas oublier que le médecin généraliste a un rôle primordial dans la prise en charge des patients atteints de Covid-19, souligne Jacques Battistoni. Les généralistes soignent aujourd’hui 90 % des patients atteints du virus. Seule une petite partie va à l’hôpital. Nous accompagnons la plus grande majorité, nous leur prodiguons des conseils de prévention et nous les suivons au cours de l’évolution de leur maladie ».

Vacciner au niveau local

Pour le proche avenir, le syndicat des généralistes considère que le gouvernement ne peut pas organiser la vaccination sans les professionnels de ville, médecins, pharmaciens et infirmiers. « Les professionnels de santé libéraux doivent se voir confier la responsabilité de l’organisation de la vaccination contre le Covid-19 au niveau local, en lien avec les collectivités territoriales », plaide Jacques Battistoni dans un entretien au Journal du dimanche. « Le gouvernement a tiré les leçons du fiasco de la vaccination en grands centres de 2009 (contre la grippe H1N1, N.D.L.R.). Il sait qu’il ne peut pas faire sans nous ; que s’il ne s’appuie pas sur les professionnels de ville, médecins, pharmaciens ou infirmiers, ce sera l’échec assuré« , ajoute ce dernier. A ses yeux, l’enjeu est simple : « que les professionnels de santé libéraux se voient confier la responsabilité de l’organisation au niveau local, en lien avec les collectivités territoriales. »

Vers un partenariat large et ouvert

Pour le Conseil de l’Ordre des Médecins, qui vient de prendre position sur la question de la vaccination, cette dernière « ne sera pas une vaccination comme les autres, mais une vaccination indispensable pour maîtriser la pandémie de Covid-19 et ses conséquences sanitaires, sociales et économiques. » Aussi l’Ordre soutient-il le principe d’une « stratégie médicalisée de priorisation d’accès à la vaccination« . Il en appelle à « un partenariat ouvert, large et permanent entre l’Etat, les professionnels de santé et les usagers, pour que la défiance ne puisse s’installer face à des décisions administratives mal comprises ou perçues comme étant imposées aux acteurs de terrain. Usagers, professionnels et administration de la Santé doivent piloter ensemble le processus ». L’Ordre souhaite ainsi que la campagne de vaccination à venir soit bien fondée sur les données de la science et de façon transparente. Il est vrai que 40 % des Français sont actuellement assez sceptiques face aux vaccins proposées dont les études cliniques sont encore pour le moins confidentielles. il estime à cet égard « nécessaire de donner aux médecins tous les moyens pour informer de cette campagne vaccinale, afin de transmettre à leurs patients une information claire, transparente et adaptée, eu égard aux conditions spécifiques de cette campagne« . Il estime également nécessaire que l’Etat apporte des réponses sur les effets post-vaccinaux éventuels.

« Ces conditions de réussite, conclut l’Ordre des Médecins, sont un préalable nécessaire pour permettre aux médecins de se mobiliser dans un cadre clair et partagé par tous les acteurs, au service de leurs patients, dès que notre campagne nationale de vaccination débutera. La société exige aujourd’hui cette transparence. » En ces temps d’incertitude et après une gestion de la pandémie qui n’a pas laissé que de bons souvenir, on ne pourra pas faire moins que de jouer la carte de la transparence.

J-J Cristofari

  Article tagué comme :
  Catégories :
Afficher plus d'articles

A propos de l'auteur

Jean Jacques Cristofari
Jean Jacques Cristofari

Journaliste spécialisé en économie de la santé En savoir plus ...

Afficher Plus d'Articles
rédiger un commentaire

0 commentaire

Pas de commentaires pour l'instant.

Vous pouvez être celui/celle qui démarre une conversation.

Only registered users can comment.