Lutte anti Covid-19 : les Biotechs sur le front

Lutte anti Covid-19 : les Biotechs sur le front
février 03 11:24 2021 Imprimer l'article

Alors que les premiers vaccins sont en cours de distribution, le nombre d’essais cliniques menés au plan mondial sur la Covid-19 continue de progresser fortement depuis un an. Les entreprises de biotechnologie sont sur les rangs. Elles le font savoir en France.

Le nombre d’essais cliniques menés sur la Covid-19 a augmenté de 639 % dans le monde depuis près d’un an : de 549 début avril 2020, ils sont passés à plus de 4 000 en janvier 2021, rapporte la société de données et d’analyse Global Data.  » Sur ce chiffre incroyable, 762 essais sont en cours aux États-Unis – un chiffre qui dépasse largement l’activité dans d’autres pays « , commente Scotty Chung-Siu, analyste principal chez GlobalData, qui note encore que « la plus forte augmentation des essais a eu lieu entre le 6 avril et le 19 avril 2020, avec 411 nouvelles études commencées. Ce nombre a continué d’augmenter chaque semaine sans aucune régression. » Si les Etats-Unis sont bien en tête, la Chine se situe en 2è position, avec 462 essais menés sur son territoire. L’Inde et l’Iran sont les seuls autres pays à avoir mené plus de 400 essais cliniques.

« L’augmentation du nombre d’essais cliniques est très probablement influencée par la prévalence de la maladie dans ces pays, qui fournit une plus grande population de patients pour les essais, ajoute Scotty Chung-Siu. De nouveaux essais sont ajoutés alors que les entreprises continuent d’enquêter sur les candidats-médicaments, bien que certains aient déjà été approuvés. »

Le dernier rapport de GlobalData, sur « l’état de l’industrie biopharmaceutique 2021», révèle que le processus de développement de médicaments sera le plus confronté au COVID-19 en 2021, comme le confirment 32% des professionnels de l’industrie pharmaceutique interrogés (1).  » Alors que le COVID-19 a présenté et continuera de présenter des défis de taille, allant de la perturbation de la chaîne d’approvisionnement aux retards et à la suspension des essais cliniques, la pandémie aidera également l’industrie à rationaliser ses processus de base sur toute la chaîne de valeur « , souligne de son côté Urte Jakimaviciute MSc, directrice principale des études de marché. « Les essais cliniques – l’une des étapes les plus critiques et les plus coûteuses du processus de développement de médicaments – sont souvent mis au défi par un partage de données inefficace, un recrutement difficile des patients, la rétention et des coûts administratifs toujours croissants.  » La pandémie a ainsi modifié notablement le paradigme actuel de la découverte et du développement de médicaments traditionnels, inaugurant une nouvelle ère pour les essais cliniques décentralisés / virtuels. « Les essais sur le COVID-19 ont eu un délai d’exécution relativement rapide en raison des besoins urgents, de la disponibilité de sujets infectés par le COVID-19 et du financement de plusieurs sources pour mener des essais cliniques« , ajoute Global Data.

Les Biotechs françaises se mobilisent

L’association France Biotech (2), présidée par Franck Mouthon, a réuni début février un panel de 16 entrepreneurs décidés à mettre à profit leurs connaissances pour s’engager dans la lutte contre la Covid-19. Parmi les sociétés interrogées dans le cadre du Panorama France Healthtech, 26% des entreprises ont engagé un ou des programmes de recherche SARSCov2 et 86% de ces recherches étaient toujours en cours fin 2020.  » Aujourd’hui, plus d’une centaine de solutions ont été développées par les entreprises de healthtech en réponse à la crise sanitaire « , note l’association.  » Un certain nombre d’entreprises développant des stratégies thérapeutiques visant l’inflammation ou l’immunité ont pu rediriger leurs travaux vers la prise en charge thérapeutique des patients atteints par la Covid-19. La majorité de ces candidats médicaments est en phase d’essais cliniques avec des résultats prometteurs. »

Renforcer les financements

Pour permettre à ces sociétés de poursuivre efficacement leurs activités, France Biotech estime qu’il « faut absolument renforcer les financements« , du fait que les entreprises de biotechnologies ne génèrent pas de chiffres d’affaires pendant plusieurs années et nécessitent de lourds investissements. Egalement pour éviter qu’elles ne fassent bénéficier de leurs recherche des payas tiers (voir plus bas le cas de Valvena).

L’association en appelle aux Pouvoirs publics pour qu’ils :
• garantissent une continuité de financement de la phase amont (R&D) jusqu’à la prise en charge par le système de santé pour les innovations conçues et produites en France,
• s’assurent d’une expertise de haut niveau plus efficiente dans toutes les phases de développement de l’innovation notamment à travers des avis engageants du régulateur, de l’évaluateur et du payeur,
• simplifient les dispositifs administratifs, réglementaires et de financement public,
• pérennisent les activités de R&D et de production sur le territoire tout en insufflant une politique forte à l’export.
(voir son communiqué de presse)

Certaines de ces mesures sont d’autant plus urgentes que des sociétés de biotechnologie peuvent être amenées à quitter purement et simplement le territoire national au profit de régions plus accueillantes. C’est le cas de la société franco-autrichienne Valvena, dont le siège social est installé en banlieue nantaise et qui est la seule société française, avec Sanofi, à opérer dans le secteur des vaccins. Si l’efficacité du vaccin de Valvena, encore en cours d’essai clinique, est établie d’ici l’été, la biotech devra d’abord honorer le contrat signé avec le Royaume-Uni, qui a épaulé financièrement le laboratoire à hauteur de 400 millions d’euros.  » Quand on a annoncé le lancement du développement de notre vaccin Covid en avril 2020, on a pris contact avec plusieurs institutions et gouvernements. Il se trouve que c’est le Royaume-Uni qui nous a apporté une réponse globale le premier et dès juillet, nous avons annoncé un pré-accord avec eux « , a fait savoir Franck Grimaud, directeur général de Valneva sur BFMTV. Un cas d’école à ne pas renouveler. A noter que les États-Unis ont déjà investi plus de 10 milliards d’euros dans les laboratoires de recherche de vaccins anti-Covid-19.

J-J Cristofari

(1) Un total de 198 clients et prospects de GlobalData Pharma ont participé à l’enquête qui a été réalisée du 17 novembre 2020 au 11 décembre 2020.
(2) France Biotech, fondée en 1997, est une association indépendante qui fédère les entrepreneurs de l’innovation dans la santé et leurs partenaires experts. Animateur de l’écosystème de l’innovation en santé et interlocuteur privilégié des Pouvoirs publics en France et en Europe, France Biotech contribue à relever les défis du secteur HealthTech (le financement des entreprises, la fiscalité de l’innovation, les enjeux réglementaires et d’accès au marché, etc…) et à proposer des solutions concrètes, en termes de compétitivité et d’attractivité, par l’intermédiaire de ses commissions et ses groupes de travail. Ceci afin d’aider les start-ups et les PME de cette filière à devenir des entreprises internationales performantes et capables de concevoir et développer rapidement de nouvelles innovations et les rendre accessibles in fine aux patients. http://www.france-biotech.fr/

  Article tagué comme :
  Catégories :
Afficher plus d'articles

A propos de l'auteur

Jean Jacques Cristofari
Jean Jacques Cristofari

Journaliste spécialisé en économie de la santé En savoir plus ...

Afficher Plus d'Articles
rédiger un commentaire

0 commentaire

Pas de commentaires pour l'instant.

Vous pouvez être celui/celle qui démarre une conversation.

Only registered users can comment.