Médicaments : il est possible d’économiser 500 milliards de dollars par an

Médicaments : il est possible d’économiser 500 milliards de dollars par an
octobre 04 11:58 2012 Imprimer l'article

[singlepic id=558 w=320 h=240 float=left]Le marché mondial du médicament est estimé à près de 1 000 milliards de dollars en 2012. Il dépassera ce chiffre en 2013 et avoisinera les 1 200 milliards de dollars en 2016, selon les prévisions faites par la société d’analyse IMS Health. Son institut for Healthcare Informatics vient d’identifier l’opportunité pour les systèmes de santé d’économiser quelque 500 milliards de dollars sur leurs dépenses annuelles de santé, en recommandant un « usage responsable des médicaments ». L’analyse porte sur 186 pays et passe au crible une combinaison de facteurs susceptibles de faire diminuer la note de la pharma mondiale. Elle ne devrait pas manquer d’intéresser au plus haut point les autorités de santé et les financeurs des dépenses maladie. Explication.

Est-il possible de diminuer la facture qu’honorent les systèmes de santé en matière de médicament ? La question est sur les lèvres de bien des décideurs et financeurs des systèmes d’assurance-maladie de nos pays développés qui ont vu les dépenses en médicaments s’envoler année après année. En 2005, les ventes mondiales de produits pharmaceutiques s’élevaient, selon IMS à 605 milliards de dollars. En 2010, elles se situent à 856 milliards. En 2016, la note sera de 1 200 milliards de dollars. Soit un doublement en 10 ans (1). Dans ce total, la part cumulée du continent Nord-Américain, de l’Europe et du Japon est de 81 % en 2005. Elle ne sera plus que de 60 % en 2016, au profit des pays émergents qui verront leur part de marché grimper de 12 à 28 %. Enfin, dans les pays développés précités, le poste médicament représente aujourd’hui, selon IMS, de 9 % (Royaume-Uni) à 16 % (Japon) des dépenses totales de santé, la France occupant une position intermédiaire avec 13 %, contre 11 % pour l’Allemagne. Il reste à cet égard un poste soumis à des pressions constantes et multiples de la part des autorités de santé qui y voient un gisement important d’économies.[singlepic id=561 w=200 h=140 float=right]

Comment dans ce contexte est-il possible de baisser la note ? l’Institut d’IMS propose à cet égard une méta-analyse des pratiques en vigueur dans 186 pays (2) pour identifier comment il peut être possible d’économiser en matière de médicament.  » Les dirigeants du système de santé, les professionnels de la santé et les patients peuvent tous appliquer ces connaissances pour affronter et résoudre les problèmes d’utilisation des médicaments, notent Murray Aitken and Lyudmila Gorokhovich de l’Institut for Healthcare Informatics. Des budgets en silos peuvent être décomposés